GÉOPOLITIQUE LOCALE ET GOUVERNANCE TERRITORIALE (AMÉNAGEMENT, CONCERTATION)

 

  • Domaine : Sciences humaines et sociales
  • Mention : Géopolitique
  • Responsable du Parcours : Philippe Subra
  • Master sur deux ans

Depuis 2000, le Master 2 professionnel de l’IFG forme des praticiens de la gestion du local à la prise en compte des stratégies des acteurs et à la prévention et la gestion des conflits territoriaux locaux, notamment autour des projets d’aménagement.

  • Consultants juniors dans des cabinets de consultants dans le domaine du diagnostic territorial et de l’accompagnement de maîtrise d’ouvrage dans des opérations de concertation et de débat public :
    • réalisation d’études de contexte territorial (enjeux des territoires, systèmes d’acteurs)
    • réalisation de documents de présentation des projets d’infrastructures
    • organisation, suivi et compte-rendu de réunions de concertation
    • coaching des équipes du maître d’ouvrage
    • relations avec le public et les acteurs (élus, administrations, associations, institutions économiques et sociales)
    • relations presse et médias.
  • Chargés de concertation chez des maîtres d’ouvrage dans le domaine des transports, de l’énergie, du logement (organismes HLM), de l’urbanisme commercial, du traitement des déchets ou de l’assainissement (mêmes compétences).
  • Membres de cabinet d’élus (conseils régionaux, conseils généraux, grandes villes et intercommunalités) ou attachés parlementaires :
    • analyse et cartographie électorales
    • gestion des relations avec les acteurs (associations, autres élus, services de l’Etat et d’autres collectivités territoriales, milieu économique, syndicats) et avec les médias
    • animation et compte-rendu de réunions
    • participation à l’élaboration de stratégies
  • Chargés d’études dans des cabinets de consultants et des institutions publiques (parcs naturels, Conservatoire du littoral) ou pour de grandes associations dans le domaine de l’environnement :
    • analyse des enjeux
    • relations institutionnelles et médias
  • Chargés d’études, chargés de mission ou chargés d’opérations dans des directions de l’aménagement urbain ou rural, du développement économique, du développement durable de collectivités territoriales ou d’intercommunalités, des agences d’urbanisme ou de développement, des chambres de commerce et d’industrie :
    • analyse des enjeux
    • relations institutionnelles et médias
    • actions de promotion du territoire
    • cartographie informatique

L’insertion professionnelle des étudiants du master est particulièrement satisfaisante : ces deux dernières années 20% ont été recrutés en CDI et 30% en CDD dès leur sortie de stage. La quasi-totalité disposait d’un emploi dans l’année qui a suivi.

La voie classique pour y accéder est l’obtention du master 1 (M1) de Géopolitique de l’IFG, dont le parcours professionnel constitue une 2ème année (l’autre option étant de suivre le parcours recherche)

Cependant environ la moitié des étudiants du master professionnel recrutée chaque année vient d’autres formations :

  • autres M1 de Géopolitique, M1 de Géographie et d’Aménagement, d’Histoire, de Sociologie, de Sciences politiques, d’Economie, de Droit, de Philosophie,
  • Instituts d’études politiques,
  • Ecoles d’ingénieurs, d’architecture ou de paysage, de journalisme, etc.

Les diplômés d’un M2 Recherche dans ces différentes disciplines peuvent bien entendu également être candidats.

La formation est également accessible à des professionnels en activité ou en reconversion, même s’ils ne sont pas titulaires d’un master 1, par la validation des acquis de l’expérience (VAE). Il est également possible de bénéficier d’un contrat d’apprentissage ou de professionnalisation.

Cette diversité des parcours constitue une des richesses de la formation.

Le recrutement se fait à l’issue d’une procédure de sélection en deux étapes : examen des dossiers de candidature et entretien, lors de deux sessions : juin et septembre.

Chaque promotion compte une vingtaine d’étudiants, ce qui garantit la qualité de l’encadrement et permet la naissance d’un esprit de promotion convivial.

Démocratie et gouvernance territoriale (Philippe Subra, géographe)

Objet du module : L’évolution du système de gouvernance territoriale de la France et de son contexte politique.

Nombre de séances : 5 (15h)

Principaux points abordés :

  • Remise en perspective géopolitique del’évolution de l’organisation territoriale de la France (l’idée de Nation en France et en Europe, les raisons de l’héritage d’un Etat centralisé, la rationalisation du dispositif par la Révolution française, le lent processus de décentralisation, la renaissance des régions, la généralisation de l’intercommunalité), jusqu’aux dernières réformes de 2014-2015 (redécoupage des régions, lois NOTRe et MAPTAM) et la loi “3 D” (décentralisation, différenciation et déconcentration) en cours d’élaboration ;
  • Comparaison avec les Etats européensvoisins (fédéralisme allemand et belge, système des communautés espagnol, système italien, dévolution britannique) ;
  • Les Etats au défi des nationalismes régionauxen Europe (Catalogne, Pays basque, Corse, Ecosse) …
  • … et des contestations populistes(Gilets jaunes, Bonnets rouges).

Méthodes de travail / rendus : notes de synthèse, exposés individuels de 10′, exposés collectifs, jeux de rôles, apprentissage de la cartographie électorale.

Les conflits d’aménagement en France, en Europe et dans le Monde (Philippe Subra, géographe)

Objet du module : Comprendre la généralisation des conflits environnementaux, la dynamique de ces conflits et la victoire d’un camp ou de l’autre.

Nombre de séances : 10 (30h).

Principaux points abordés :

  • Comment analyser les conflits environnementaux (la dynamique des conflits, le rôle des représentations et de la communication, la construction de rapports de forces, les stratégies des acteurs, le rôle des réseaux sociaux) ;
  • La radicalisation des luttes environnementales : l’exemple des ZAD (zones à défendre) ;
  • La mondialisation de la contestation environnementale (Allemagne, Italie, Turquie, Amérique du Nord, Amérique latine, Inde, Chine) : formes, originalités (rôle des grandes ONG, des personnalités médiatiques, des minorités ethniques) et limites (rôle de l’Etat de droit) ;
  • L’entre-soi social et ethnique (gentrification et mixité sociale, la mise en œuvre des quotas de logements sociaux, l’accueil des équipements destinés à des groupes marginaux : demandeurs d’asile, handicapés, gens du voyage, SDF, toxicomanes)

Méthodes de travail / rendus : notes de synthèse, exposés individuels de 10′, débats contradictoires, jeux de rôles.

La fabrique des territoires (Eric Canobbio, géographe)

Objet du module : analyser les formes et les modèles de confrontations formelles entre la production des grandes réformes territoriales  (MAPTAM-NOTRe), le rôle des acteurs et de leurs outils de planification et les mises en pratiques  “locales” (territorialisation, autonomisation, résistance, transformation, revendication, légitimation, innovation).

Nombre de séances : 10 (30h)

Principaux points abordés :

  • Les processus structurels de la transformation territoriale : du local à l’Union européenne, les idéologies mobilisées, les processus de reconfiguration du “local” en France, nouveaux acteurs, nouveaux lieux et nouveaux enjeux de la décision et de l’action  publique ;
  • Lesterritoires singuliers de la République,  les espaces remarquables, de l’exception au normatif : la Montagne et le littoral, les espaces à risques naturels et industriels, les espaces producteurs de modèles “durables” ( Parcs naturels régionaux,  Parcs Nationaux, nouveaux labels territoriaux) ;
  • Les grandes thématiques productrices de territorialisation et de concertation : l’eau, la question de la relation “territoire/culture”, les nouvelles alternatives territoriales porteuses d’innovation;
  • L’enjeu européen : géographie d’une relation complexe entre UE, État et territoires. Du modèle de Postdam à l’engagement territorial européen implicite ( PAC-FESI…),  évaluer les forces de transformations territoriales “à l’échelle locale” au service des “normes” :  entre contraintes, autonomies et opportunités.

Méthodes de travail / rendus : prise en charge par un collectif d’étudiant(e)s du thème de la séance,  présentation des enjeux structurants, analyse des controverses et organisation de débats contradictoires, format de l’exposé 3 heures,  soit l’entièreté de la séance

Logement, habitat et politique de la Ville (Jérémy Robine, géographe)

Objet du module : Le conflit géopolitique qui se joue aux niveaux national et local autours des quartiers ou des villes populaires.
Nombre de séances : 10 (30h)
Principaux points abordés : 

  1. La représentation du ghetto.
  2. La Politique de la Ville et ses ambiguïtés. Logement social, logement dégradé…
  3. Activismes des minorités et des banlieues et enjeux électoraux dans les quartiers populaires.
  4. L’école en banlieue.
  5. Police et délinquance.
  6. L’islam : activismes, polémiques et gestion locale.

Méthodes de travail / rendus : De nombreux intervenants sont invités, qui peuvent être des responsables associatifs, des élus ou leurs collaborateurs, des policiers ou encore des responsables de services liés à la politique du logement aux niveau local ou national. Une sortie de terrain est organisée, les rendus sont liés à sa préparation.

Transports urbains, habitat et planification urbaine (Joseph Salamon, directeur du développement territorial, Département des Hauts-de-Seine)

Objectif du module : Les principaux documents de planification et de réglementation urbaine

Nombre de séances : 10 (30h)

Principaux points abordés :

  • Cultures et théories de l’urbanisme : connaître et identifier les principales théories de l’urbanisme qui sous-tendent les politiques et les pratiques urbaines depuis plus qu’un siècle (pré-urbanisme, modèles de l’urbanisme, projet urbain, urbanisme durable) ;
  • Planification urbaine : connaître les principaux outils de la planification urbaine ainsi que de la prospective et de la stratégie urbaine (DTADD, SDRIF, SAR, PADDUC, SRADDET, SMVM, SCOT) ;
  • Urbanisme réglementaire et droit des sols : Maîtriser les fondamentaux du droit des sols (Règlement national, PLU, cartes communales) ;
  • Participation citoyenne en urbanisme : maitriser l’ensemble des enjeux, des stratégies et des méthodes de participation citoyenne en urbanisme et aménagement urbain (objectifs, acteurs, sens, lieux, outils, niveaux, formes, obligations) ;
  • Territoires de l’intercommunalité : connaître les principaux fonctionnements et compétences des collectivités territoriales et des EPCI qui s’imposent de plus en plus comme l’acteur central dans les projets de développement des territoires (statut, métiers et organisation de la fonction publique territoriale, environnement territorial (communes, départements, régions, EPCI), marchés publics et finances locales) ;
  • Préparation au concours d’attaché territorial (note de synthèse, composition générale, préparation à l’oral).

Méthode de travail/ rendus : benchmark, analyses de documents d’urbanisme, atelier de réflexion urbaine sur des défis territoriaux (Curious Lab’), présentations orales devant des collectivités, notes de synthèses, fiches de lecture.

Aménagement urbain et espaces publics (Joseph Salamon, directeur du développement territorial, Département des Hauts-de-Seine)

Objet du module : Les outils et les procédures d’aménagement et de conception urbaine

Nombre de séances : 10 (30h)

Principaux points abordés :

  • Urbanisme opérationnel / aménagement urbain : maîtriser les mécanismes des outils de l’urbanisme opérationnels les plus utilisés dans les collectivités locales ainsi que leurs enjeux et caractéristiques techniques, sociaux, économiques et administratifs (ZAC, PUP) ;
  • Diagnostic, programmation et études urbaines : apprendre à identifier, à piloter et à réaliser les études urbaines (diagnostic, programmation, propositions) nécessaires dans un projet d’urbanisme et d’aménagement urbain (élaboration des cahiers des charges, réalisation des études : techniques, urbanistiques, sociales, économiques, déplacement, habitat) : diagnostic urbain, programmation urbaine, études urbaines ;
  • Conception et composition urbaine : apprendre à concevoir et à élaborer des schémas de composition urbaine qui traduisent des idées et des concepts d’aménagement (création hiérarchisation de voiries, implantation des bâtiments, formes urbaines, espaces publics et paysagers, cahier des prescriptions architecturales, urbanistiques, paysagères et environnementales) : instruments, essences, usages et mode de la composition urbaine ;
  • Programmation, conception et usages des espaces publics : connaître les principaux enjeux des espaces publics urbains et apprendre à élaborer et à piloter des projets d’aménagement d’espaces publics et paysagers depuis la phase diagnostic jusqu’à la phase réalisation des travaux tout en passant par les phases programmation et conception (histoire et enjeux des espaces publics, politiques publiques d’espaces publics, projets d’espaces publics, usages et pratiques sociales des espaces publics).

Méthode de travail/ rendus : benchmark, analyses de projets urbains, atelier d’urbanisme, présentations, notes de synthèses, fiches de lecture.

Droit de l’environnement (Claire Hottelart, avocate, juriste d’entreprise)

Objet du module : Comprendre l’intégration des problématiques environnementales par les projets industriels d’envergure

Nombre de séances : 10 (30h).

Principaux points abordés :

1- La prise en compte des enjeux climatiques par l’étude des principaux contentieux dits climatiques nationaux et mondiaux ;

2- La protection des enjeux environnementaux d’un territoire par les outils juridiques internationaux, communautaires, nationaux et locaux (Protocole de Kyoto, Accords de Paris, Directives Oiseaux et Habitats, Natura 2000, ZNIEFF, Loi Littoral, SCoT, PLU, …) ;

3- La prise en compte de la protection de l’environnement par les projets industriels dans le cadre de l’autorisation environnementale (ICPE, IOTA, Evaluation environnementale, Autorité environnementale, Autorisations intégrées, Enquête publique, Procédure d’instruction d’une demande d’autorisation, …) ;

4- La défense de l’environnement devant les juridictions nationales (recours en excès de pouvoir, procédures de référé, recours en responsabilité, question préjudicielle de constitutionnalité, …), communautaires (question préjudicielle en interprétation du droit de l’Union européenne, recours en annulation d’une décision juridictionnelle nationale devant le TJUE et/ou la CJUE, …) et internationales (règlement des conflits OMC, CEDH, La Haye, …) ;

4- La prise en compte de l’environnement par la gestion des sites et sols pollués dans le cadre de développement de projets immobiliers ou industriels (usage futur du site, remise en état du site, méthodologie, police des sites et sols pollués, responsabilité du détenteur des déchets, etc.).

Méthode de travail/ rendus : Analyse de dossiers concrets de projets industriels d’envergure / Apprentissage de l’utilisation du Code de l’environnement et des outils à disposition du public (Préfectures, CGEDD, MRAe, BASOL, BASIAS, SIS, …) / Exposés collectifs et ateliers de réflexion sur les thèmes abordés

Concertation et débat public, communication sur les grands projets (Claude Chardonnet, responsable du domaine  concertation chez Systra)

Objet du module : Principes et pratiques de la concertation au service de l’aménagement des territoires
Nombre de séances : 10 (30h)
Principaux points abordés : 

  • L’évolution de la place de la concertation dans les processus de décision : comprendre les facteurs de changement du cadre réglementaire ; s’approprier les textes de référence ;
  • Les attentes à l’égard de la concertation (porteurs de projet, acteurs, publics) ;
  • Les critiques adressées aux démarches de concertation (porteurs de projet, acteurs, publics) ;
  • La CNDP et son périmètre : découverte et compréhension du périmètre et de ses enjeux, débat public, concertation avec garant, expertise ;
  • Les chartes de concertation, la charte nationale de la participation ;
  • L’Autorité environnementale : découverte et compréhension du périmètre et des enjeux de l’Ae et son irruption dans le champ de la participation du public ;
  • L’étude de contexte préalable à toute concertation ;
  • L’approche stratégique de la concertation : découvrir le questionnement stratégique, définir des modalités au service d’une finalité explicitée ;
  • La préparation d’une démarche de concertation : les étapes –clés ;
  • La fonction et les modalités de la communication autour des processus de concertation
  • Analyses de processus de concertation dans les domaines de l’énergie, des transports et nouvelles mobilités, de l’aménagement urbain, retours d’expériences

Méthodes de travail / rendus : exposés, benchmark, témoignages d’intervenants extérieurs, analyses de documents de concertation, notes de synthèses, mises en situation, jeux de rôles, observation et analyse de réunions de concertation, exposés individuels et collectifs.

Politique de l’énergie (Teva Meyer, géographe)

Objet du module : Les politiques énergétiques publiques en France et en Europe face au défi de la transition écologique

Nombre de séances : 5 (15h)

Principaux points abordés :

  1. Maîtriser les outils méthodologiques de la géopolitique pour étudier la production des politiques énergétiquesà différentes échelles
  2. Diagnostiquer les déterminants de la conflictualité des projets territoriaux de transition énergétique
  3. Analyser des situations de construction de nouvelles infrastructures (lignes électriques, éoliennes, usines de méthanisation, forages géothermiques, barrages) etde fermeture de sites (centrale thermique, centrale nucléaire) induites par les politiques de transition énergétique
  4. Identifier les systèmes d’acteurs producteurs des projets énergétiques ainsi que leurs dynamiques.
  5. Comparaison de cas d’étude en Europe (Allemagne, France, Suède, Suisse) et dans les Outremers (Polynésie française)

Méthodes de travail / rendus : Production de diagnostics de conflictualité sur des projets de construction/fermeture d’infrastructures énergétiques.

Politique des Transports – Analyse électorale (Pierre Van Cornewal, délégué général TDIE)

Objet du cours : Un exemple de politique publique : les transports // initiation à l’analyse électorale

Nombre de séances : 5 (3 / 2) (15h)

Principaux points abordés :

  • Définition et mise en perspective des modalités de décision, animation et mise en œuvre d’une politique publique. Présentation du cadre institutionnel, économique et politique, et de ses évolutions : la politique des transports appartient à la catégorie des compétences partagées entre l’Union européenne et ses Etats-membres ; en France, la politique des transports est décentralisée, les collectivités territoriales en portent une part significative. Le secteur des transports est soumis au défi de la transition énergétique et de la révolution numérique : comment les politiques publiques de transport, mobilité et logistique s’y adaptent-elles ?
  • Travail sur les grands enjeux d’orientation des politiques de transport, et les représentations géopolitiques qui sont mobilisées par les décideurs publics, les acteurs économiques, et les différents acteurs professionnels et associatifs sollicités en tant que « parties prenantes » dans les différents processus qui accompagnent la définition et la mise en œuvre de ces politiques.
  • Comment les grandes orientations des politiques des transports sont-elles définies ?

–   Retour sur la préparation, les enjeux et les objectifs de la loi d’orientation des mobilités adoptée par le Parlement en novembre 2019

–   Quelle place les candidats aux élections territoriales accordent-ils aux questions de transport dans leur discours, leur stratégie politique, et leur vision des défis de développement ? Travail sur les élections régionales et départementales de mars 2021.

4-     Analyse des résultats électoraux, outils et méthodes (tableaux, cartes, graphiques), intégration à une analyse géopolitique.

Méthodes de travail / rendus : notes de synthèse, exposés collectifs.

Stage de cartographie (Guilhem Marotte, ingénieur cartographe)

Objet du cours : Apprentissage de la cartographie sur le logiciel Adobe Illustrator et initiation aux systèmes d’information géographique (SIG)

Nombre de séances : 10 (30h)

Principaux points abordés :

  1. Présentation des différents outils du logiciel permettant de réaliser des travaux cartographiques.
  2. Accompagnement des étudiants dans la réalisation de cartes faites sous Illustrator (de la réalisation du fond de carte à la légende).
  3. Présentation rapide de quelques outils/logiciels permettant d’automatiser et/ou accélérer la réalisation de la carte.
  4. Deux séances seront consacrées aux règles de sémiologie graphique (« la grammaire et l’orthographe » de la cartographie) et aux différentes méthodes de discrétisations (découpages en classe d’une série statistique).
  5. Présentation et réflexion autour d’autres infographies pouvant être réalisés avec Adobe Illustrator comme les frises chronologiques et les schémas d’acteurs.

6-  Initiation au logiciel QGis, en fonction du niveau de maîtrise de la cartographie du groupe.

Méthodes de travail / rendus : Présentation de nouveaux outils en début de chaque séance ; travail individualisé sur des cartes/infographies demandées par d’autres enseignants du Master 2pro ou dans le cadre d’un stage/apprentissage ; deux cartes seront notées

Atelier Sortie de terrain (Philippe Subra, Jérémy Robine, géographes)

Objet du module : Préparer et effectuer une visite de 2 jours de la promo dans une ville de France (villes visitées les années précédentes : Caen, Nantes, Lyon, Marseille, Grande-Synthe, Grenoble).

Nombre de séances : 1 cours + 2 jours sur place (15h)

Principaux points abordés :

  • Les enjeux du territoire en question ;
  • Les politiques publiques mises en œuvre ;
  • Les évolutions électorales ;
  • Le dispositif de gouvernance territoriale (intercommunalité).

Méthodes de travail / rendus :

  • les étudiants répartis en équipes de 5-6 produisent un rapport d’étude sur les différents points, avec cartes et figures originales (frises chronologiques, schémas d’acteurs, graphiques) ;
  • 5 d’entre eux prennent en charge l’organisation du voyage (programme et logistique).

 

Etudes pratiques (Philippe Subra, Jérémy Robine, géographes)

Objet du module : Réalisation d’une étude de qualité professionnelle pour un client (collectivité territoriale, entreprise) par une équipe de 5 à 6 étudiants.

Durée : 1er au 30 juin (les étudiants ne vont pas sur leur lieu d’alternance pendant la durée de l’étude).

Points abordés :

  • Appropriation de la problématique de l’étude à réaliser ; exploitations des sources écrites existantes (presse écrite, ressources internet, statistiques, rapports) ;
  • Campagne d’entretiens;
  • Rédaction du rapport d’études ;
  • Elaboration de visuels (cartes, schémas, graphiques, pwpt) ;
  • Restitution devant le client.

Méthodes de travail :

  • Travail en équipe dans un délai contraint (4 semaines) ;
  • Encadrement par le client et un enseignant de l’IFG.

Les cours ont lieu dans les locaux de l’IFG sur le campus de l’Université Paris 8 Saint-Denis (M° Saint-Denis-Université). Mais ils comportent aussi une part non négligeable d’études de terrain (sorties de terrain d’une ½ journée, voyage d’étude de 2 jours en janvier, étude pratique de février, voyage de fin d’année d’une semaine début septembre).

Le master professionnel est obtenu en 12 mois (du début octobre de l’année N à la fin septembre de l’année N+1).

L’année d’étude au master professionnel est divisée en 3 phases conçues pour le passage progressif du statut d’étudiant à celui de professionnel :

  • Huit mois de cours (2 jours par semaine de début octobre à fin mai, 6 heures de cours/jour), organisés en 13 modules (des modalités spécifiques (allègement d’horaires) peuvent être accordées aux étudiants qui poursuivent par ailleurs une activité professionnelle dans un des domaines professionnels visés par le master, en fonction des compétences qu’ils possèdent déjà):
    • Les conflits d’aménagement en France, en Europe et dans le Monde
    • Démocratie et gouvernance territoriale
    • La fabrique des territoires
    • Concertation et débat public
    • La communication sur les grands projets
    • Aménagement urbain et espaces publics
    • Transports, habitat et planification urbaine
    • Logement, habitat et politique de la ville
    • Droit de l’environnement et de l’urbanisme
    • Analyse spatiale
    • Atelier : Méthodologie de l’étude de contexte territorial
    • Stage de Cartographie informatique
    • Initiation aux Systèmes d’Information Géographique
  • Une étude en situation professionnelle, dite « étude pratique », d’une centaine de pages, comportant cartes, schémas d’acteurs et fiches d’acteurs, réalisée en équipe de 4 à 6 étudiants en 4 semaines (au mois de juin), à partir d’un travail d’enquête (interviews d’acteurs) et sur un enjeu d’aménagement à fort contenu géopolitique.
  • Stage ou alternance (apprentissage ou contrat de professionnalisation), 3 jours par semaine de septembre à fin mai, à plein temps à partir du 1er juillet, à effectuer  dans un organisme relevant d’une des cinq catégories suivantes (Voir plus loin la liste des principaux organismes partenaires du master professionnel pour l’accueil de stagiaires) :
    • maîtres d’ouvrage (type RFF, RATP, Cofiroute)
    • organismes publics (type DATAR, STIF, DIV, CNDP)
    • collectivités territoriales et intercommunalités
    • bureaux d’études, cabinets de consultants ou d’architectes ou paysagistes
    • associations

Les cours, l’étude pratique de février et le stage permettent l’acquisition :

  • d’une culture de l’aménagement et de l’analyse géopolitique
  • d’une série de techniques et de savoir-faire :
    • rédaction de notes de synthèse
    • exposé oral de 10’
    • construction de schémas et de fiches d’acteurs
    • analyse de la presse et constitution de revues de presse
    • cartographie informatique (Adobe Illustrator)
    • intervention en réunion publique (jeux de rôles)
    • étude de contexte territorial
    • réponse à des appels d’offres
    • élaboration d’un cahier des charges d’étude ou d’opération d’aménagement
    • organisation d’une action de concertation

Maîtres d’ouvrage : Cofiroute, GRT Gaz, Réseau de Transport d’Electricité (RTE), SNCF Réseau, EDF, RATP, Grand Port Maritime du Havre, Syndicat des Transports d’Ile-de-France (STIF).

Organismes publics : DATAR, Centre d’analyse stratégique, Délégation interministérielle à la Ville (DIV), Commission Nationale du Débat Public, Conservatoire du littoral, Office National des Forêts, Institut d’Aménagement Ile-de-France, Conseil National des Villes, Agence de Développement du Val-de-Marne, Agence d’urbanisme et de développement de Seine-Aval, Agence d’Aménagement des Alpes Maritimes, Parc naturel régional de la Haute-Vallée de Chevreuse, Etablissement public d’aménagement, Orly-Rungis-Seine-Amont (ORSA), Agence de l’eau Adour-Garonne, Office public d’habitat 93, PACT du Pays basque, AFITF, EPA Paris-Saclay, Agence nationale de rénovation urbaine, Rectorat de Versailles, Cités Unies, Unesco, Conseil général de l’Environnement et du Développement Durable (CGEDD).

Collectivités territoriales : Régions Ile-de-France, Alsace, Basse-Normandie, Conseils généraux de Seine-et-Marne, de Seine-Saint-Denis et du Val-d’Oise, Communautés d’agglomération de Plaine Commune, de La Rochelle, Ste-Baume-Mont-Aurélien, Tours, Cergy-Pontoise, Communauté de communes Val-d’Essonne, Villes de Saint-Denis, Paris, Montreuil, Gennevilliers, Nanterre, Aubervilliers, Rennes, Caen, Toulouse, Lyon, Vénissieux, Vence, Bagneux, L’Ile-St-Denis, Saint-Michel/Orge, Sevran, Mantes-la-Jolie, Thorigny/Marne.

Bureaux d’études, cabinets de consultants, architectes : C&S Conseil, Parimage, Habitat-Etudes-Recherches, RCT, Les Arpenteurs, Campana Eleb Conseil, Initiative-Cités et Développement, Etat d’Esprit, Roland Castro, Erélia (implantation d’éoliennes), Atema Conseil, Amnyos Consultants, INGEROP, Missions publiques, Ville Habitat.

Associations : TDIE (Transport, Développement, Intermodalité, Environnement), Décider Ensemble, Cités Unies, Coordination Toxicomanies 18ème, Les Ecomaires, Bio-Cluster Cancer Campus.

voir la liste des stages effectués dans le cadre du Master 2

Présentation du Master Géopolitique

Descriptif des cours du master 2 Géopolitique locale et gouvernance territoriale

Modalités de Contrôle des Connaissances 2020-2021

Liste des mémoires

Pour toutes autres  informations relatives aux études, aux bourses, au logement, à la restauration…  connectez-vous au portail numérique du Ministère : http://www.etudiant.gouv.fr