demo_image

Claire Borgogno

Géopolitique des formes de résistance à l’Hindutva à Delhi, Inde
  • Directeur(s) de thèse : Barbara Loyer, Isabelle Saint-Mézard

 

Présentation de la thèse et/ou du parcours de recherche

Le nationalisme hindou tend à exclure de l’espace public et à contrôler la capacité d’agir des minorités religieuses (en premier lieu les musulmans) mais également des femmes et des minorités de genre et sexuelles. Dans la mesure où ces tendances s’accompagnent de mécanismes oppressifs générant des formes d’insécurité, c’est autour de ces groupes que sont susceptibles d’être observés des mécanismes et formes de résistance. Par ailleurs, alors que l’urbain constitue un point focal de la stratégie de légitimation de l’Hindutva, la ville de Delhi constitue un terrain particulièrement propice tant à l’émergence qu’à l’observation de ces mécanismes et formes de résistance à l’Hindutva, spatialisés et spatialisables. En effet, de la longue histoire de Delhi résulte non seulement d’innombrables traces sur le paysage urbain, mais également une structuration socio-spatiale particulière et une présence notable des groupes qui intéressent notre étude : musulmans, féministes et queers. S’inscrivant dans une approche géopolitique, la thèse analyse les rivalités de pouvoir et les stratégies d’acteurs qui s’exercent ou émergent dans ce contexte, à l’échelle des différents ensembles de la mégapole indienne.

 

Axe de recherche de l’IFG Lab
  • Géopolitique locale, nationalismes, minorités
Zone géographique et/ou pays d’étude
  • Inde, Asie du Sud

Other Members