• 
 
 

lundi 30 mars 2015

Métropolisation, gouvernance de l’environnement et enjeux de pouvoir, le cas de trois clusters de villages de métier de Ha Noi et Bac Ninh (Vietnam) par Yves Duchere



CIMG5642Yves Duchère soutiendra sa thèse le mardi 23 juin 2015  à 9h30 à l’université Paris 8 dans la salle des thèse devant un jury composé de :

Béatrice Giblin, Professeur émérite, Université Paris 8, Directrice de thèse;

Sylvie Fanchette, Chargée de Recherche CEPD, Directrice de thèse;

Eric Denis, Directeur de recherche CNRS;

Denis Requier-Desjardins, Professeur émérite, IEP Toulouse;

Marius Kalama, Maître de conférences HDR, Université de Bordeaux;

Philippe Subra, Professeur, Université Paris 8.

Le delta du fleuve Rouge est un espace densément peuplé, vulnérable et dans lequel des villages de métier organisés en clusters se sont développés à partir du XIème siècle en raison du sous-emploi rural lié à la riziculture en zone de mousson. Ha Noi, la capitale vietnamienne est située à l’apex de ce delta.

Suite à l’effondrement de l’URSS, à la perte de vitesse des coopératives, et aux réformes économiques de la fin des années 1980 (Đổi mới), on assiste, dans les villages de métier, à une résurgence de l’activité artisanale qui se modernise et s’industrialise. L’essor que connaît alors cette industrie rurale spontanée s’accompagne d’externalités négatives de plus en plus dommageables pour la santé humaine et pour l’environnement.

A partir des années 2000, la région du delta du fleuve Rouge s’engage dans un processus de métropolisation. Le modèle de ville qui est promu fait fi de l’existant et s’impose aux périphéries de Ha Noi. La concurrence dans l’accès à l’espace et la pression foncière résultant de ce « projet métropolitain » aggravent la situation environnementale dans les villages de métier qui s’urbanisent in situ.

Parallèlement à cette « double transition » économique et urbaine, le Vietnam reste administré par un système léniniste dont l’appareil d’Etat est organisé de haut en bas, ce qui apparaît être en dissonance avec le développement économique.

Ainsi, cette recherche tente, à travers l’observation de conflits relatifs à la gouvernance de l’environnement au niveau local, de montrer que la dégradation de l’environnement varie dans ses mécanismes, enjeux, configurations et représentations d’acteurs en fonction du type de périphérie métropolitaine concerné.

Summary:

The Red River delta is a highly populated and vulnerable area with craft villages organized in clusters since the 11th century, because of the under employment related to the rice-growing activity in monsoon zones. Hanoi, the Vietnamese capital, is located at the delta’s apex.

After the USSR collapsed and following the decline of cooperatives and the economic reforms in the late 80’s (Đổi mới), it has been observed, in craft villages, a resurgence of craft activities, getting more and more modern and industrialized. This rising rural industry generated negative externalities, threatening public health and environment at the same time.

From the 2000’s on, the Red River delta region turned into a metropolization process. The promoted city model ignored the existing settlements and imposed on Ha noi’s surrounding areas. Land competition and real estate pressure resulting from this metropolization project worsened the existing environmental issues in these craft villages that kept on urbanizing in situ.

At the same time as this economical and urban transition, Vietnam was still governed by a Leninist system, with a statehood superstructure organized from top to bottom, whereas the speed of economic development seemed in need of a more flexible system.

Through the observation of local conflicts related to environmental governance, this research aims at proving that environmental degradation fluctuates in its mechanisms, stakes, configurations and stakeholders’ representations, in accordance with the type of metropolis suburbs concerned.

haut-de-page 


Institut Français de Géopolitique

Université Paris 8 — 2, rue de la Liberté, 93526 Saint-Denis Cedex
Téléphone : 01 49 40 73 00 — Télécopie : 01 49 40 73 01 —